3ème thème : La sainteté

Les réponses au moment de notre rencontre :

La sainteté c’est quand quelqu’un a fait un miracle, il est saint. La sainteté est une forme de croyance en rapport à notre Dieu et Jésus.

C’est un état de vie, le saint se convertit quand il a péché et il aide les gens dans la connaissance du Christ.

C’est une personne entièrement dévouée à Dieu qui a été canonisée par l’Eglise après sa mort, c’est-à-dire reconnue comme sainte.

Le saint c’est une personne qui donne sa vie à Dieu et ensuite est canonisé par le pape.

Un Saint : c’est celui qui reçoit sa vocation du christ et qui la met petit a petit à l’œuvre dans sa vie. Le baptême et les autres sacrements sont l’aliment de cette vie en Dieu

Les 3 formes de baptême :

  1. Le baptême par l’eau : C’est d’avoir reçu le signe de la croix avec de l’eau bénite.
  2. Le baptême par le sang : les personnes qui sont morte à cause de leur fois, mais qui n’était pas encore baptisé.
  3. Le baptême de désir : Quand je m’aperçois qui est Dieu j’ai un désir tel que je commence a aimé Dieu.

jean paul II et mere theresa

Une définition intéressante : Saints

À première vue, on pense à la canonisation de personnes « héroïques ». Celles qui ont fondé les ordres religieux : saint Benoît, saint Dominique, saint François d’Assise, saint Ignace de Loyola, sainte Thérèse d’Avila. Ou celles qui ont fait des œuvres charitables : saint Vincent de Paul, Mère Teresa. ou éducatives : Jean-Baptiste de La Salle. « Ce qui fait la sainteté, ce n’est pas notre vocation, mais la ténacité avec laquelle nous l’avons saisie ». Cette phrase du livre « Rues des villes, chemins de Dieu » de Madeleine Delbrêl donne la « recette » de la sainteté : tenir bon son cap, ne pas se lasser de fabriquer de la justice, de la paix, de la joie, du pardon. En un mot, vivre les Béatitudes. La sainteté n’est pas réservée à quelques-uns. Elle est la vocation première de tout baptisé. La sainteté est don, une grâce et n’est pas un prix d’excellence. Elle vient de Dieu. C’est se laisser travailler par le regard de Dieu dans toutes les actions et pensées de chaque jour. La sainteté consiste en l’accomplissement de la volonté de Dieu. Le Christ veut que les personnes soient saintes comme Son Père l’est. C’est un appel exigeant.

santosubito-303852-jpg_186590

Questions Essentielles

La sainteté ! Réservée à une élite ?

Lorsque nous regardons le décalage entre la vie des saints et la nôtre, la sainteté semble réservée à quelques élus. Les actes de ces hommes et de ces femmes semblent tellement au dessus de nos forces. Comment alors croire que la sainteté est possible ?

Tout d’abord, il est important de ne pas se décourager et surtout de garder à l’esprit que tout homme est appelé à la sainteté. Saint Paul nous le dit clairement : « La volonté de Dieu, c’est que vous viviez dans la sainteté »(1 Th 4,3). Donc, qui que nous soyons, cet appel est pour nous.

Il est bon ensuite de rappeler qu’un saint n’est pas quelqu’un de parfait. La perfection est impossible pour l’homme et Dieu ne nous demande pas d’atteindre des buts qui nous sont inaccessibles. Mais alors qu’est ce qu’un saint ?

Un saint est quelqu’un qui à la fin de sa vie, tout du moins, a essayé d’un cœur sincère d’aimer Dieu et de répandre cet Amour parmi les hommes. C’est dans l’amour que ces hommes et ces femmes mettent dans les actions les plus anodines que l’on peut percevoir leur sainteté.

Les grands discours et les grandes actions ne servent à rien si elles ne sont pas faîtes avec amour. « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. » (1 Co 13, 2)

Ce chemin nécessite toute une vie, mais il n’est jamais trop tard pour se mettre en route. Le bon larron, un des deux hommes crucifiés avec le Christ (Il a été condamné à mort pour ses crimes. Ce n’était donc pas un modèle de sainteté) va, à la fin de sa vie, reconnaître en Jésus le fils de Dieu. On voit, à travers la compassion qu’il a pour Jésus, l’amour qu’il lui porte. Il dira même au Christ : « Jésus, souviens toi de moi lorsque tu viendras inaugurer ton Règne » (Lc 23,42). Ainsi, par sa foi et son amour sincère aux derniers instants de sa vie, il a été reconnu comme saint.

Il existe autant de chemins de sainteté que de saints. L’Eglise nous propose des exemples concrets de vie qui mènent à la sainteté (tous les hommes et toutes les femmes qui ont été canonisés). Ceux-ci peuvent nous permettre d’avancer dans notre propre chemin.
Cependant, le meilleur exemple de sainteté est et sera toujours celui du Christ. C’est donc en le suivant que l’on devient saint. Ceci peut effrayer surtout lorsque l’on lit des paroles comme celle là : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive » (Mt 16,24). Pourtant, c’est seulement en renonçant à notre vie, en se détachant de tout ce qui nous rend esclave, que l’on devient pleinement nous même. Alors, qu’avons-nous à craindre ?

Ainsi la véritable question est : ai-je vraiment le désir de prendre ce chemin – qui n’est pas un chemin facile – permettant de devenir pleinement moi-même et qui mène au bonheur ?

« Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau, léger. » (Mt 11,28-30)

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s